Les actualités  - 98 au total

Mélenchon affiche son projet pour l'Afrique
18-04-2017  |  http://negronews.fr   Partagez

Plébiscité à plus de 60% dans les derniers sondages des intentions de vote dans la communauté afro-caraibéene, Jean-Luc Mélenchon a répondu aux questions du Monde Afrique au sujet de sa vision sur le continent. Les réponses sont claires et on pourrait même rêver d'une Afrique indépendante avec le candidat de la "France Insoumise" en tant que président français… si nous étions encore de doux rêveurs…

Dans cet entretien Jean-Luc Mélenchon se positionne en faveur de la reconnaissance des crimes commis par La France pendant la colonisation:
"Nous faisons partie du camp politique qui était contre le colonialisme et pour l'autodétermination des peuples. Nous savons les malheurs endurés, mais nous considérons que c'est aux historiens d'écrire l'Histoire et pas aux politiques de l'instrumentaliser. Il nous semble plus urgent de combattre le fléau de la prédation ultralibérale qui s'abat sur l'Afrique".

Il n'hésite pas non plus à mentionner Lumumba ou Sankhara lorsqu'il est interpellé par le journal sur l'avenir du continent africain:
"Il est temps d'assurer un développement équilibré qui n'aggrave pas l'état de la planète. Mais la condition pour y parvenir est de rendre l'Afrique aux Africains, d'assurer la souveraineté nationale et populaire sur les bases prônées par Thomas Sankara ou Patrice Lumumba. Enfin, l'Afrique est un continent d'avenir pour la France ne serait-ce que du fait que la langue française y est largement parlée. Nous prônons une francophonie basée sur des échanges culturels, scientifiques et commerciaux égalitaires".

L'insoumis Mélenchon va encore plus lors de cet échange et n'hésite pas dénoncer la Françafrique du président actuelle François Hollande:
" Certes, François Hollande a soutenu officiellement l'alternance politique en prêchant le respect des constitutions, mais cela cachait mal la volonté de préserver les conditions d'un néocolonialisme français. Concrètement, il a continué la Françafrique en promettant à Compaoré le soutien de la France, en reconnaissant la légitimité du référendum de Sassou Nguesso, en se taisant sur la réélection truquée d'Ali Bongo, etc. Nous cesserons d'apporter un soutien aux dictateurs et de cautionner des scrutins frauduleux. Nos efforts porteront sur le soutien aux mouvements démocratiques et populaires et nous dénoncerons les biens mal acquis sur le sol français".

Concernant les bases militaires françaises en Afrique il affiche encore sa rupture avec la Françafrique.
"Les accords de défense, et en particulier leurs clauses secrètes – qui ont pour objectif réel de contrôler les mouvements populaires au profit des dictateurs –, devront être dénoncés par un contrôle démocratique du Parlement. Dans le cas où certaines de ces bases seraient maintenues, la coopération militaire ne pourra être envisagée qu'avec des démocraties, avec pour priorité la formation d'une armée républicaine nationale indépendante".

Au sujet des élections africaines Jean-Luc Mélenchon est sans équivoque:
" Nous nous engageons à cesser de fermer les yeux sur les élections truquées. Stop à la Françafrique! Nous soutiendrons les démocraties et appliquerons des mesures restrictives dans les relations avec les dictatures, sans toutefois intervenir dans les affaires intérieures des pays concernés. La coopération avec les pays africains sera redéfinie en fonction de la volonté de sortir du modèle productiviste d'exploitation et du déséquilibre des échanges".

Déjà plébiscité par la plupart des électeurs d'origine afro-caribéene, Jean-Luc Mélenchon se présenter encore plus comme celui de la rupture avec les anciennes pratiques politiques de la France.

À vous de voter!

‹  retour